Je rêve de simplicité

Me réveiller en retard pour la routine de l’école parce que je suis épuisée d’avoir dû jongler entre les terreurs nocturnes d’Antoine et celles de Logan. Commencer la journée avec ma 9 ans qui me verse sa colère et sa frustration dessus parce qu’elle ne se comprend plus, ne se gère plus ces derniers temps. Devoir aider presque tout le monde à préparer son déjeuner parce qu’ils ne sont pas autonomes malgré mes nombreux trucs et moyens mis en place pour les aider à développer cette habitude de faire eux-mêmes leur déjeuner. Entendre mon 4 ans chigner et chigner et brailler et lancer ses jouets parce qu’il est tellement épuisé de ses nuits entrecoupées de terreurs nocturnes qu’il se gère pu. Devoir répéter à trois de mes enfants de se référer à leur routine imagée en pictogrammes et devoir superviser chacun d’eux pour m’assurer que la tâche est bien comprise. Devoir changer la couche de mon enfant de 8 ans qui m’avait promis qu’à son anniversaire on commencerait à porter des bobettes et que ça été un échec total. Essayer de comprendre mon 4 ans dans ses demandes alors qu’il a de la misère à former des mots clairs à cause de son trouble du langage et ne pas arriver à bien le comprendre et qu’il se fâche et des crises monumentales s’ensuivent. Aider ma 6 ans en pleur parce qu’elle ne tolère plus les tissus des vêtements qu’on a acheté récemment parce qu’une fois lavés, les tissus deviennent trop rugueux. On trouve finalement une jupe qui fait son affaire pendant que son frère échappe son bol de céréales par terre, ce qui arrive très souvent dû à son trouble de coordination. Devoir quitter pour aller porter les filles à l’école alors qu’on est déjà super en retard et que les garçons font des crises parce qu’ils ne veulent pas mettre leurs bottes de pluies, mais il pleut à boire debout. J’abandonne et les laisse venir en espadrille. Une fois dans l’auto les garçons sont en crise parce que leurs pieds sont mouillés parce qu’ils ont voulu mettre leurs espadrilles et que j’ai pensé être gagnante en achetant la paix. Ma 6 ans qui pleure parce que c’est le fucking chaos dans l’auto.
Cette description c’est que deux heures dans ma journée. Tu vas me dire : ouais mais ça doit pas être ça toute la journée. Oui. Parce qu’en plus de mon chapeau de maman, je dois maintenant porter celui de l’éducatrice spécialisée, la psychoéducatrice, la travailleuse sociale, l’ergothérapeute, l’orthopédagogue, l’orthophoniste…parce que je ne reçois plus de service depuis la Covid. Je suis seule pour gérer tout cela à temps plein. Les gens me regardent comme si j’étais une superwoman qui gère comme une chef alors que je m’écroule chaque soir complètement épuisée et dépassée.
Oui, la plupart du temps je suis capable de prendre les défis une minute à la fois et d’être fière de ce qu’on a accompli dans notre journée. Mais si tu as lu mon livre, tu sais qu’il arrive des périodes de chaos et dans ces moments là je changerais de place avec n’importe qui. Parce que dans ces moments de chaos je suis le seul pilier. Je peux m’appuyer sur personne d’autre. Je ne peux pas dire : peux-tu prendre la relève, c’est ton tour de pas dormir cette nuit.
J’ai demandé de l’aide pendant des mois, tenté de faire rouvrir mon dossier dans les différents programmes qu’on m’a mainte et mainte fois refusés.
Parfois, je me surprends et je me culpabilise de rêver de simplicité. Juste une journée. Juste un petit 24 heures. Une journée où tout le monde suit sa routine. Une journée où les méthodes mises en place fonctionnent comme un charme. Une journée où dans une vie parallèle, j’ai un conjoint aussi compréhensif que moi face à la différence qui participe activement à la mise en place des outils et qui prend la relève.
Quand je dis dans mon livre que je dois faire des deuils au quotidien, en voici un exemple. Je réalise souvent, que ma vie ne sera jamais simple. Essaie pas de me convaincre du contraire parce que ça va juste être pire. Ma vie ne sera jamais simple et je dois apprendre à faire la paix avec ça. Je dois apprendre à faire qu’un avec ma nouvelle réalité de maman monoparentale qui vient de voir son dossier au CRDI prendre fin.
Maman étoile, rêves-tu de simplicité des fois toi aussi? Oui hen! Ne te sens pas coupable. Tu sacrifies beaucoup je le sais. Comment tu te sens est valide. Tu restes une maman extraordinaire pour ton ou tes enfants. Tu es une fucking rock star et tu as droit de te sentir dépassée parce que c’est très demandant ton quotidien. On se serre les coudes et on essaie de regarder le beau dans notre journée ok?
N’oublie pas de briller belle étoile
Maman Bleue

1 commentaire

  • Tout simplement incroyable comment ton vécu est palpable par ta façon de t’exprimer.
    Tu es vrai et direct et tu dis les choses que les gens disent pas mais tu le fais pas pour décourager mais pour encourager la maman qui se sent toute seule et tu le fais de façon extraordinaire!
    Tu es une fucking rock star et j’espère qu’entre deux crises tu prends le temps de te le dire et au moins une fois par jour!!
    Bravo pour ton authenticité, ton courage et ton humanité !

    Marie-Ève la voisine

Laisser un commentaire