Je nourris mon enfant aux sandwiches au Ketchup

Oui. Tu as bien lu. Mon fils déjeune tous les matins avec une sandwiche au Ketchup. C’est la seule chose qu’il accepte de manger le matin sinon il mange juste rien. Et là je t’entends me dire que c’est juste un caprice. J’aimerais tellement ça te donner raison. Vraiment. Ce serait pas mal plus simple si c’était juste ça. En fait, mon fils souffre de rigidités alimentaires. Ça vient avec son autisme. Mes trois cocos autistes souffrent de ces rigidités et  à différent niveau. Pour Éliane, elle accepte de goûter les nouveaux aliments mais elle va toujours préférer les mêmes choses. Pour Antoine, faut que ce soit le moins de couleurs, le moins de textures et le moins de goût possible. Pour Logan, faut ce soit la même chose à répétition parce que c’est rassurant de savoir qu’est-ce que ça va goûter, ça crée une routine. Avec lui j’ai 30% de chance qu’il accepte de goûter quelque chose de différent. Et même s’il goûte, il va le mettre de côté 70% du temps et demander une sandwiche au Ketchup.
Il faut garder en tête ici que le cerveau autiste, est connecté différemment et traite l’information tout aussi différemment. Manger demande énormément de concentration et de stimulation. Le bruit des ustensiles et des assiettes, la couleur des aliments, la texture, les odeurs, devoir s’assoir avec plusieurs personnes, le bruit de bouche de l’autre, le coup de coude d’un autre. C’est pas simple pour un cerveau autiste tout ça et encore moins s’il est hypersensible comme mon beau Antoine. Tout est accentué.
Pour Antoine, il aime la nourriture le plus simplement possible et faut pas que la nourriture se touche. Faut pas non plus que ça lui rappel autre chose sinon il voudra pas la manger ta gibelotte brune qui lui fait penser à une diarrhée. Le ketchup, il trouve que ça ressemble à du sang et ça lui lève le cœur. Des épices vertes, des crottes de nez, oublie ça. Des gnocchis, sa sœur lui a dit qu’on dirait un gros vers blanc gluant…oublie ça!  Il y a un temps où tout ce qu’il mangeait c’était des tranches de pain blanc. On a dû travailler fort pour qu’il accepte d’intégrer de nouveaux aliments dans son alimentation. Encore là, il ne mange pas beaucoup et la période de repas est difficile pour lui. On réussit à le faire manger en utilisant un système de quantité. Il sait la quantité qu’il doit manger et il comprend maintenant que c’est pour le bien de son corps mais au début fallait avoir de ben beaux renforçateurs.
On m’a même dit une fois que je devais le laisser faire qu’il allait pas se laisser mourir de faim. Ben un moment donné, il l’a voulait pu la tranche de pain blanc. Il a arrêté de manger et oui il se laissait mourir de faim. On a dû être suivit en pédiatrie tous les mois pour être certain que son cas ne se détériorait pas et on était près d’une hospitalisation.
Pour le moment, ce qui compte est que mes enfants mettent de la nourriture dans leur corps, peut importe c’est quoi, mot de ma pédiatre. Avec de l’aide et de bonnes interventions, on réussit à améliorer la chose mais ça se peut que ce soit pas la grosse affaire non plus! La période des repas est hyper anxiogène pour moi parce que c’est complexe et source de conflits alors si l’estifi de sandwiche au Ketchup fait en sorte que tout le monde est assis et nourrit son corps, ben so be it!
Faque, encore une fois je t’encourage à penser avant de faire un commentaire sur les habitudes de vie d’une autre maman. Parce que tu connais pas ses combats, tu sais pas non plus c’est quoi les défis de ses enfants et ils en sont où dans leur cheminement. Parce que si tu m’invites à souper chez vous et que je dis que c’est beau, Antoine a prit ses trois bouchées, il peut avoir sa crème glacée et que toi tu insistes pour qu’il mange tout son assiette avant, ben tu viens de défaire des semaines de dur travail.
Si tu es une maman étoile qui se bat avec les rigidités je veux juste te rappeler que tu fais un job incroyable. Je te vois, je te comprends et je sais que c’est pas toujours facile. On s’accroche aux petites victoires qui nous font avancer lentement mais sûrement. Et n’hésite pas à consulter les professionnels concernés pour t’aider avec ce combat.
Si tu n’as pas d’enfant qui vit avec des rigidités alimentaires, ben dit juste rien. Respecte les consignes de la maman et rappel-lui qu’elle fait un super travail et que ses enfants sont bénis de l’avoir.
Et surtout,
N’oubliez pas de briller de votre unicité mes belles étoiles.
XxX
Maman Bleue

Laisser un commentaire